page principale

« Si l’on récite ce chapelet auprès d’un agonisant,
Je me tiendrai entre le Père et l’âme agonisante,
non pas en tant que Juge juste,
mais comme Sauveur miséricordieux » (PJ 1541).

 

LE CHAPELET À LA MISÉRICORDE DIVINE


La maison de la Congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde où, dans les années 1933 -1936
a séjourné sainte Faustine. C’est dans cette maison que le Seigneur Jésus lui a dicté
le chapelet à la Miséricorde Divine. Vilnius, rue Grybo 29.


Vilnius, Lituanie « Vendredi 13.IX.1935.
Le soir, quand j’étais dans ma cellule, j’ai vu un ange, l’exécuteur de la colère de Dieu. Il était en robe claire, la face rayonnante, une nuée sous les pieds, de cette nuée sortaient la foudre et des éclairs jusqu’à ses mains, et de sa main ils sortaient et touchaient seulement alors la terre. Lorsque je vis ce signe de la colère de Dieu qui devait frapper la terre, et surtout un certain endroit, que je ne puis nommer pour de bonnes raisons, j’ai commencé à prier l’ange, pour qu’il s’arrête quelques instants, et le monde fera pénitence. Mais ma demande n’était rien face à la colère de Dieu. (...) Au même instant, je sentis en mon âme la force de la grâce de Jésus qui habite mon âme; au moment où je pris conscience de cette grâce, à l’instant même je fus enlevée devant le trône de Dieu.
(...) J’ai commencé à supplier Dieu pour le monde, par des paroles entendues intérieurement.
Alors que je priais ainsi, j’ai vu l’impuissance de l’ange qui ne pouvait accomplir la juste punition qui revient de plein droit aux péchés. Je n’avais jamais encore prié avec tant de force intérieure. Voilà les paroles par lesquelles je suppliais Dieu: Père Éternel, je T’offre le Corps et le Sang, l’Âme et la Divinité de Ton Fils bienaimé, Notre-Seigneur Jésus-Christ, en réparation de nos péchés et de ceux du monde entier; par Sa douloureuse passion, sois miséricordieux pour nous.
Le lendemain matin en entrant dans la chapelle, j’ai entendu intérieurement ces paroles: Chaque fois que tu entres dans la chapelle, récite tout de suite la prière que je t’ai apprise hier. Lorsque j’ai récité cette priére, j’entendis ces paroles dans mon âme: Cette prière sert à apaiser Ma colère, tu vas la réciter pendant neuf jours, sur un chapelet, de la manière suivante: d’abord tu diras un « Notre Père », un « Je vous salue Marie » et le » Je crois en Dieu » puis sur les grains du « Notre Père », tu vas dire les mots suivants: Père Eternel, je T’offre le Corps et le Sang, l’Ame et la Divinité de Ton Fils bien-aimé, Notre Seigneur Jésus-Christ. En réparation de nos péchés et de ceux du monde entier; sur les grains du « Je vous salue Marie », tu diras les mots suivants: Par Sa douloureuse Passion, sois miséricordieux pour nous et pour le monde entier. A la fin tu réciteras trois fois ces paroles: Dieu Saint, Dieu Fort, Dieu Éternel, prends pitié de nous et du monde entier » (PJ, 474-476).


« Oh! Quelles grandes grâces J’accorderai aux âmes qui diront ce chapelet (...) Inscris ces mots, ma fille, parle au monde de ma miséricorde, que l’humanité entière apprenne à connaître Mon insondable miséricorde. C’est un signe pour les derniers temps, après viendra le jour de la justice. Tant qi’il en est temps, que les hommes aient recours à la source de la miséricorde, qu’ils profitent du sang et de l’eau qui ont jailli pour eux » (PJ 848).


« Récite constamment le chapelet que Je t’ai enseigné. Quiconque le dira, accédera à une grande miséricorde à l’heure de sa mort. Les prêtres le recommanderont aux pécheurs comme ultime planche de salut; même le pécheur le plus endurci, s’il récite ce chapelet une seule fois, obtiendra la grâce de Mon infinie miséricorde » (PJ 687).

 

LA PROMESSE DE GRÂCE DE MISÉRICORDE POUR LES AGONISANTS


« Il Me plaît de leur accorder tout ce qu’elles Me demanderont en disant ce chapelet. Lorsque les pécheurs endurcis le réciteront, J’emplirai leur âme de paix et l’heure de leur mort sera heureuse. Écris cela pour les âmes affligées: Lorsque l’âme verra ses péchés et en mesurera le poids, lorsque se dévoilera à ses yeux tout l’abîme de la misère dans laquelle elle s’est plongée, qu’elle ne désespère pas mais qu’elle se jette avec confiance dans les bras de Ma miséricorde, comme l’enfant dans les bras de sa mère bien-aimée.(...) Dis-leur qu’aucune âme faisant appel à Ma miséricorde n’a été déçue ni n’a éprouvé de honte. Je me complais particulièrement dans l’âme qui fait confiance à Ma bonté. Écris: Si l’on récite ce chapelet auprès d’un agonisant, Je me tiendrai entre le Père et l’âme agonisante, non pas en tant que Juge juste, mais comme Sauveur miséricordieux » (PJ 1541).


« A l’heure de la mort Je défends comme ma propre gloire chaque âme qui récite ce chapelet elle-même, ou bien si d’autres le récitent près de l’agonisant – l’indulgence est la même. Quand on récite ce chapelet auprès de l’agonisant, la colère divine s’apaise, une miséricorde insondable s’empare de son âme » (PJ 811).


On récite cette prière sur un chapelet. « Au début:
Notre Père qui es aux cieux, que Ton nom soit sanctifié, que Ton règne vienne, que Ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour. Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. Et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du Mal. Amen.
Je vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Amen.
Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre. Et en Jésus Christ, Son Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers, le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant, d’où Il viendra juger les vivants et les morts. Je crois en l’Esprit Saint, à la sainte Église catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Amen.

Sur les gros grains du Notre Père (1 fois): Père Eternel, je T’offre le Corps et le Sang,
l’Ame et la Divinité de Ton Fils bien-aimé, Notre Seigneur Jésus Christ.
En réparation de nos péchés et de ceux du monde entier.
Sur les petits grains du Je vous salue Marie (10 fois): Par Sa douloureuse Passion, sois miséricordieux pour nous et pour le monde entier.
A la fin (3 fois): Dieu Saint, Dieu Fort, Dieu Éternel, prends pitié de nous et du monde entier » (PJ 476).


Le Seigneur Jésus dit à Sainte Faustine: « Je désire que cette miséricorde se répande sur le monde entier par ton cœur. Que quiconque t’approchera ne te quitte pas sans cette confiance en Ma miséricorde que Je désire tant pour les âmes. Prie autant que tu le peux pour les agonisants, obtiens-leur la confiance en Ma miséricorde, car ce sont eux qui ont le plus besoin de la confiance et qui en ont le moins » (PJ 1777).


« Ma fille, aide-moi à sauver un pécheur agonisant; récite pour lui ce chapelet que Je t’ai enseigné. Lorsque j’ai commencé à recitér ce chapelet, j’ai vu ce mourant dans de terribles luttes et supplices. L’Ange Gardien le défendait, mais il était comme sans force devant l’immensité de la misère de cette âme. (...) Mais pendant que je récitais le chapelet, je vis Jésus, tel qu’Il est peint sur le tableau. Les rayons qui sortaient du Cœur de Jésus enveloppèrent le malade et les forces des ténèbres s’enfuirent, dans la panique. Le malade rendit calmement le dernier soupir » (PJ 1565).


« Union avec les agonisants. Ils me demandent des prières; je peux prier, étrangement le Seigneur me donne un esprit de prière, je suis constamment unie à Lui. Je sens pleinement que je vis pour les âmes, pour les amener à Ta miséricorde, ô Seigneur; pour cela aucun sacrifice n’est trop petit » (PJ 971).


« Je suis souvent en relation avec des âmes à l’agonie, leur obtenant la miséricorde divine. Oh! Comme la bonté de Dieu est grande, plus grande que ce que nous pouvons concevoir. Il y a des moments et des mystères de la miséricorde divine à la vue desquels les cieux sont surpris. Que cessent nos jugements sur les âmes car la miséricorde divine envers elles est étonnante » (PJ 1684).


« La miséricorde divine atteint parfois le pécheur au dernier moment, d’une manière étrange et mystérieuse. A l’extérieur c’est comme si tout était perdu, mais il n’en est pas ainsi: l’âme éclairée par un puissant rayon de la grâce suprême, se tourne vers Dieu avec une telle puissance d’amour, qu’en un instant elle reçoit de Dieu le pardon et de ses fautes et de leurs punitions, et à l’extérieur elle ne nous donne aucun signe de repentir ou de contrition, car elle ne réagait plus aux choses extérieures.
Oh! Que la miséricorde divine est insondable. Mais horreur – il y a aussi des âmes, qui volontairement et consciemment rejettent cette grâce et la dédaignent. Bien que cela soit déjà l’agonie, Dieu miséricordieux donne à l’âme ce moment de clarté intérieure, et si l’âme le veut, elle a la possibilité de revenir à Dieu. Mais parfois il y a chez les âmes un tel endurcissement, qu’elles choisissent consciemment l’enfer; elles font échouer toutes les prières que d’autres âmes dirigent vers Dieu à leur intention, et même les efforts de Dieu... » (PJ 1698).


« Oh! Combien nous devrions prier pour les agonisants; profitons de la miséricorde tant que c’est le temps de la pitié » (PJ 1035).


« Ô vie grise et monotone, que de trésors tu recèles. Aucune heure ne ressemble à une autre, car la grisaille et la monotonie disparaissent quand je regarde tout avec l’œil de la foi. La grâce qui m’est donnée à cette heure-ci ne se répétera pas à une autre. Elle me sera donnée à la seconde heure, mais ce ne sera plus la même. Le temps passe et ne revient jamais. Ce qu’il contient ne changera jamais, il est scellé du sceau pour les siècles » (PJ 62).


« ...le Seigneur m’a fait connaître combien Il désire que l’âme se distingue par des actes d’amour, et je perçus en mon esprit combien sont nombreuses les âmes qui appellent: Donnez-nous Dieu, et le sang d’un apôtre a bouillonné en moi. Je n’en serai pas avare, mais je le verserai jusqu’à la dernière goutte pour les âmes immortelles, bien que peut-être physiquement Dieu ne l’exige pas, mais en mon âme cela m’est possible et non moins méritoire » (PJ 1249).


« Je désire parcourir le monde entier et parler aux âmes de la grande miséricorde de Dieu. PRÊTRES, AIDEZ-MOI EN CELA... » (PJ 491).


« Dis à Mes prêtres que les pécheurs endurcis se repentiront à leurs paroles, lorsqu’ils parleront de Mon insondable miséricorde, de la pitié que J’ai pour eux en Mon cœur.
Aux prêtres qui proclameront et glorifieront Ma miséricorde, je donnerai une force extraordinaire, je bénirai leurs paroles et je toucherai les cœurs auxquels ils s’adresseront » (PJ 1521).


« Ma fille, regarde l’abîme de Ma miséricorde, honore et glorifie Ma miséricorde et fais-le de la façon suivante: rassemble tous les pécheurs du monde entier et plonge-les dans l’abîme de Ma miséricorde » (PJ 206).


« Pénètre Mes mystères et tu découvriras l’abîme de Ma miséricorde envers les créatures et Mon insondable bonté – et tu la feras connaître au monde. Par tes prières, tu vas être l’intermédiaire entre la terre et le ciel » (PJ 438).


« TU PRÉPARERAS LE MONDE À MON ULTIME VENUE » (PJ 429).

« Mon royaume sur terre est
– Ma vie dans l’âme humaine » (PJ 1784).


Sainte Soeur Faustine:« Lorsque je me suis plongée dans l’oraison et que je me suis unie à toutes les messes qui se célébraient à ce moment-là dans le monde entier, j’ai imploré Dieu par toutes ces saintes messes d’avoir miséricorde pour le monde et particulièrement pour les pauvres pécheurs qui à ce moment-là étaient en agonie. Au même instant j’ai reçu intérieurement la réponse de Dieu que mille âmes avaient obtenu grâce par l’intermédiaire de la prière que j’avais offerte à Dieu. Nous ne savons pas le nombre d’âmes que nous devons sauver par nos prières et nos sacrifices, c’est pourquoi prions toujours pour les pécheurs » (PJ 1783).


« ... j’accompagne souvent de bien loin une âme agonisante, mais ma plus grande joie est de voir la promesse de la miséricorde divine s’accomplir dans ces âmes. Le Seigneur est fidèle – ce qu’Il dit une fois, Il s’y tient » (PJ, 935).


DON DE LA PRIÈRE

Dans l’union spirituelle avec sainte Faustine, nous désirons encourager tous les croyants à prendre un engagement de prière individuelle ou bien à participer

à LA PRIÈRE INCESSANTE DU CHAPELET À LA MISÉRICORDE DIVINE
– pour obtenir la grâce de miséricorde pour les agonisants.


Chaque personne qui désire adhérer quotidiennement à la prière de la communauté des Apôtres de Jésus Miséricordieux auprès de la Congrégation des Soeurs de Jésus Miséricordieux peut devenir intercesseur. Nous croyons que de cette manière nous exaucerons le désir du Seigneur Jésus et nous contribuerons à l’acceptation confiante de la grâce du salut de la part des agonisants de nos familles et du monde entier.

Merci d’adresser votre engagement à la Congrégation des Sœurs de Jésus Miséricordieux par courrier traditionnel ou électronique en indiquant votre état civil (nom, prénom, adresse) et en précisant l’heure, le jour et la durée de la prière.

LA CONGRÉGATION DES SOEURS DE JÉSUS MISÉRICORDIEUX
ZGROMADZENIE SIÓSTR JEZUSA MILOSIERNEGO
ul. Kardynala Wyszynskiego 169
66-400 Gorzów Wlk. (Pologne)
e-mail: sopocko@faustyna.eu


« ...écris ceci pour nombre d’âmes qui, parfois, se font du souci de ne pas avoir les moyens matériels de faire un acte de miséricorde. Cependant, combien plus grand est le mérite de la miséricorde de l’esprit pour laquelle il ne faut avoir ni autorisation ni trésor, elle est accessible à toute âme. Si l’âme ne fait aucun acte de miséricorde quel qu’il soit, elle n’obtiendra pas miséricorde au jour du jugement » (PJ 1317). (voir La vertu de miséricorde)



L’INDULGENCE PLÉNIÈRE
POUR AVOIR RÉCITÉ LE CHAPELET À LA DIVINE MISÉRICORDE

Document de Pénitencerie Apostolique du 12 janvier 2002.
On accorde l’Indulgence plénière aux conditions habituelles (Confession sacramentelle, Communion eucharistique et prière selon l’intention du Souverain Pontife) au fidèle qui, en Pologne, l’âme totalement détachée de tout péché, même véniel, récite pieusement le Chapelet à la Miséricorde Divine, dans chaque église ou chapelle ou en présence du Très Saint Sacrement, publiquement exposé ou conservé dans le Tabernacle.
Si ces fidèles, à cause d’une maladie ou pour une raison valable ne peuvent abandonner leur foyer mais réciteront le Chapelet à la Miséricorde Divine avec confiance et le désir de miséricorde pour eux-mêmes et de la manifester aux autres, pourront obtenir, aux conditions habituelles, l’Indulgence plénière. Ceci en observant les normes concernant « ceux qui ont quelque obstacle » comme il est indiqué dans les normes 24 et 25 de la liste des indulgences « Enchiridion Indulgentiarum ». Dans les autres circonstances l’indulgence sera partielle. Le présent décret a valeur perpétuelle, nonobstant toute disposition contraire.

 

 

SUIVANT >> Fruits de la prière. Le prières Sainte Faustine.
Les Litanies à la Miséricorde Divine

<< Table des matières
www.faustine-message.com

en haut

 

Tous droits d’auteurs réservés. © Congrégation des Sœurs de Jésus Miséricordieux
Il est permis de copier les textes ainsi que l’image de Jésus Miséricordieux à condition de citer
en entier l’origine de la provenance ou le lien actif pour le site internet: www.faustine-message.com