page principale

 

« Le Seigneur Lui-même me pousse à écrire des prières
et des hymnes sur Sa miséricorde » (PJ 1593).

 


LES PRIÈRES DE SAINTE SOEUR FAUSTINE


« Ô Jésus, écartelé sur la croix, je T’en supplie, accorde-moi la grâce d’acomplir fidèlement la très sainte volonté de Ton Père, toujours, partout et en tout. Et lorsque cette volonté de Dieu me semblera bien dure et difficile à accomplir, c’est alors que je Te supplie Jésus, que de Tes plaies coulent en moi force et puissance et que mes lèvres répètent: que Ta volonté soit faite, Seigneur. (...) Jésus très compatissant, accorde-moi la grâce de l’oubli de moi-même afin que je vive tout entière pour les âmes, en T’aidant à l’oeuvre du salut, selon la très sainte volonté de Ton Père... » (PJ 1265).


« Ô Seigneur, je désire me transformer tout entière en Ta miséricorde et être ainsi un vivant reflet de Toi, que le plus grand des attributs divins, Ton insondable miséricorde, passe par mon âme et mon coeur sur le prochain.
Aide-moi, Seigneur, pour que mes yeux soient miséricordieux, pour que je ne soupçonne jamais ni ne juge d’après les apparences extérieures, mais que discerne la beauté dans l’âme de mon prochain et que je lui vienne en aide.
Aide-moi, Seigneur, pour que mon oreille soit miséricordieuse, afin que je me penche sur les besoins de mon prochain et ne reste pas indifférente à ses douleurs ni à ses plaintes.
Aide-moi, Seigneur, pour que ma langue soit miséricordieuse, afin que je ne dise jamais de mal de mon prochain, mais que j’aie pour chacun un mot de consolation et de pardon.
Aide-moi, Seigneur, pour que mes mains soient miséricordieuses et, remplies de bonnes actions, afin que je sache faire du bien à mon prochain et prendre sur moi les tâches les plus lourdes et les plus déplaisantes.
Aide-moi, Seigneur, pour que mes pieds soient miséricordieux, pour me hâter au secours de mon prochain, en dominant ma propre fatique et ma lassitude. (...)
Aide-moi, Seigneur, pour que mon coeur soit miséricordieux, afin que je ressente toutes les souffrances de mon prochain.
(...) Que Ta miséricorde repose en moi, ô mon Seigneur » (PJ 163).


« Roi de miséricorde, dirige mon âme » (PJ 3).


« Amour éternel, flamme pure, brûle sans cesse en mon cœur et divinise tout mon être selon ton éternelle prédilection par laquelle Tu m’as appelée à l’existence et invitée à prendre part à Ton bonheur éternel » (PJ 1523).


« Ô Dieu miséricordieux, qui ne nous méprises pas, mais sans cesse nous combles de Tes grâces, Tu nous rends dignes d’entrer dans Ton royaume et dans Ta bonté, Tu fais occuper par les hommes les places qu’abandonnèrent les anges ingrats. Ô Dieu de grande miséricorde, qui as détourné Ton saint regard des anges révoltés et l’as reporté sur l’homme contrit, gloire et louange à Ton insondable miséricorde... » (PJ 1339).


« Ô Jésus, je désire vivre le moment présent, vivre – comme si ce jour était le dernier de ma vie: profiter pleinement de chaque instant pour la plus grande gloire de Dieu, retirer de chaque circonstance un bienfait pour mon âme. Tout regarder du point de vue suivant, que rien n’arrive sans la volonté de Dieu. Dieu d’insondable miséricorde, étreins le monde entier et répands-Toi sur nous par le Cœur compatissant de Jésus » (PJ 1183).


« Ô Dieu de grande miséricorde, Bonté infinie, voilà qu’aujourd’hui l’humanité tout entière appele de l’abîme de sa misère Ta miséricorde, Ta pitié, ô Dieu; et elle appelle avec la puissante voix de la misère. Dieu bienveillant ne rejette pas les prières des exilés de cette terre. Ô Seigneur, Bonté inconcevable, qui connais à fond notre misère et qui sais que nous ne pourrions de nos propres forces nous élever jusqu’à Toi – c’est pourquoi, nous T’en supplions, devance-nous de Ta grâce et augmente sans cesse en nous Ta miséricorde, afin que nous accomplissions fidèlement Ta sainte volonté durant toute notre vie, ainsi qu’à l’heure de notre mort. Que la toute-puissance de Ta miséricorde nous abrite des attaques des ennemis de notre salut, afin que nous attendions avec confiance, comme Tes enfants, Ta venue dernière... » (PJ 1570).


PRIERE POUR OBTENIR DES GRACES PAR L'INTERCESSION
DE SAINTE SOEUR FAUSTINE

O Jésus, Toi qui as fait de sainte Faustine une grande apôtre de Ta miséricorde infinie, daigne m’accorder par son intercession, et si cela est conforme à Ta volonté très sainte, la grâce que je sollicite.... Moi, pécheur, je ne suis pas digne de Ta miséricorde, mais regarde l’esprit de sacrifice et de dévouement de Soeur Faustine et récompense sa vertu en exauçant la prière que je fais monter ver Toi avec confiance.

Notre Père.....,
Je vous salue Marie....
Gloire au Père.....

 


Sainte Soeur Faustine – priez pour nous.

 

FRUITS DE LA PRIÈRE


« Par la prière l’âme s’arme pour tous les combats. En quelque état qu’elle soit, elle doit prier. L’âme pure et belle doit prier, sous peine de perdre sa beauté; l’âme qui tend vers cette pureté doit prier, sinon elle n’y arriverait pas; l’âme qui vient de se convertir doit prier, sinon elle tomberait à nouveau; l’âme pécheresse, plongée dans le péché, doit prier pour pouvoir se relever. Ainsi il n’y a pas d’âme qui ne soit obligée de prier, car c’est par la prière que la grâce descend sur elle » (PJ 146).


« ...l’âme doit être fidèle à la prière malgré les tourments, la sécheresse et les tentations, car, pour la plupart, c’est d’une telle prière que dépend la réalisation des desseins de Dieu qui sont parfois bien grands; et si nous ne persévérons pas dans cette prière, nous déjouons les plans que Dieu voulait accomplir par nous, ou en nous. Que chacun se rappelle ces paroles: En proie à la détresse, Il priait de façon plus insistante » (PJ 872).


« La patience, l’oraison et le silence – voilà ce qui fortifie l’âme. Il y a des moments où l’âme doit se taire et où cela ne lui convient pas de parler avec les créatures; ce sont des moments où elle est mécontente d’elle-même. (...) Dans ces moments, je vis exclusivement de la foi » (PJ 944).


« Il y a des moments dans la vie où l’âme ne trouve d’apaisement que dans une profonde prière; qu’en de tels moments les âmes sachent persévérer dans la prière, c’est une chose bien importante » (PJ 860).


« Le silence est un glaive dans le combat spirituel. (...) L’âme silencieuse est capable de s’unir à Dieu de la façon la plus profonde, elle vit presque toujours sous l’inspiration du Saint-Esprit; dans l’âme silencieuse, Dieu agit sans rencontrer d’obstacle » (PJ 477).


« Nous devrions prier souvent le Saint-Esprit pour cette grâce de la prudence. La prudence se compose: du discernement, d’une réflexion raisonnable et d’une ferme résolution. La décision définitive nous appartient toujours » (PJ 1106).

 

 

SUIVANT >> La Neuvaine à la Miséricorde Divine

<< Table des matières
www.faustine-message.com

en haut

 

 

Tous droits d’auteurs réservés. © Congrégation des Sœurs de Jésus Miséricordieux
Il est permis de copier les textes ainsi que l’image de Jésus Miséricordieux à condition de citer
en entier l’origine de la provenance ou le lien actif pour le site internet: www.faustine-message.com