page principale

LE SANCTUAIRE
DE LA MISÉRICORDE DIVINE - MYSLIBÓRZ

MAISON MÈRE DE LA CONGRÉGATION DES SOEURS DE JESUS MISERICORDIEUX

A la fin de la Seconde Guerre mondiale et après l’annexion de la Lituanie par l’Union Soviétique, la population polonaise de Vilnius fut renvoyée en Pologne. Les sœurs de la congrégation fondée par le bienheureux l’abbé Michel Sopocko ont dû également quitter Vilnius. En Pologne, après
de nombreuses démarches, elles se sont installées et ont commencé une vie communautaire
dans la paroisse de Mysliborz (Pologne) qui leur a été attribuée par l’administrateur apostolique
de Gorzow Wielkopolski- le Père Edmund Nowicki, le 25 août 1947 – le jour de l’anniversaire
de soeur Faustine Kowalska. Elles en ont informé l’abbé Sopocko. Ce dernier, appelé par l’archevêque Jalbrzykowski, était arrivé en Pologne avec le dernier transport des déplacés
de la Lituanie et séjournait à Bialystok.

L’abbé Sopocko travailla et exerça son ministère pastoral à Bialystok jusqu’à la fin de sa vie (environ 30 ans). En même temps il restait toujours en contact avec les soeurs de Mysliborz
- en veillant sur le développement de la congrégation. La congregation, qui existait déjà légalement sous la dénomination des Soeurs de Jésus Christ Rédempteur Miséricordieux,
a été reconnue par le diocèse le 6 août 1955. Le 21 août 1955 eurent lieu les premiers voeux perpetuels. Ils furent reçus par le prélat, Monseigneur Zygmunt Szelazek, en présence
de l’abbé Michel Sopocko. Ce fut une nouvelle étape dans l’histoire de la congrégation.

Le 6 août 1955. Les soeurs revêtirent l’habit religieux

A l’occasion de cette solennité le Père Joseph Andrasz, le confesseur de soeur Faustine
à Cracovie (Pologne), a envoyé aux soeurs ses voeux ainsi que le passage du PETIT JOURNAL
de sainte soeur Faustine qui parlait de la nouvelle congrégation.  A cette époque-là aucune
des soeurs ne connaissait  ce texte parce qu’il avait été conservé par les soeurs “Madeleines”
à Cracovie.
Dans le PETIT JOURNAL de sainte soeur Faustine on trouve les paroles du Seigneur Jésus qui définissent la spiritualité et le but de la nouvelle congrégation:

“Dieu exige qu’il y ait une congrégation qui annoncera Sa miséricorde au monde et qui. par ses prières, l’obtiendra pour le monde” (PJ 436).

“... j’ai vu Jésus dans une beauté indescriptible. Il me dit qu’Il exige qu’une telle congrégation soit fondée au plus tôt – et tu vas y vivre avec tes compagnes. Mon esprit sera la règle de votre vie. Votre vie doit Me prendre pour modèle, depuis la crèche jusqu’à la mort sur la croix. Pénètre Mes mystères et tu découvriras l’abîme de Ma miséricorde envers les créatures et mon insondable bonté – et tu la feras connaître au monde. Par tes prières, tu vas être l’intermédiaire entre la terre et le ciel” (PJ 438).

“Ton but et celui de tes compagnes est de vous unir à Moi le plus étroitement possible par l’amour, tu vas réconcilier la terre et le ciel, tu vas adoucir la juste colère de Dieu et tu vas obtenir par la prière, la miséricorde pour le monde. Je confie à ta protection  deux perles précieuses à Mon cœur, ce sont les âmes des prêtres et les âmes  des religieux, tu vas prier tout particulièrement pour elles, leur force viendra de vos sacrifices” (PJ 531).

“Je désire qu’une telle congrégation existe” (PJ 437).

En 1973 (deux ans avant la mort du fondateur de la Congrégation, l’abbé Michel Sopocko)
la Congrégation a reçu un nouveau nom, celui des Soeurs de Jésus Miséricordieux. Actuellement la Congrégation mène une activité apostolique, en cherchant à répondre aux besoins actuels
de l’Eglise. Les soeurs de cette Congrégation propagent le culte de Jésus Miséricordieux et implorent la Miséricorde Divine pour le monde entier dans 33 maisons de la Congrégation,
situées en Pologne et à l’étranger. Elles dirigent un hospice, une maison pour la défense
de la vie organisent des retraites et enseignent le catéchisme.

Dans chaque maison de la Congrégation des Soeurs de Jésus Miséricordieux
on honore chaque jour l’heure de la mort du Sauveur
- L’HEURE DE LA MISÉRICORDE

A cette heure-là, tu peux tout obtenir pour toi et pour les autres; à cette heure-là,
grâce fut donnée au monde entier - la miséricorde l’emporta sur la justice” (PJ 1572).

(voir l’heure de la Miséricorde)

INTENTIONS DE PRIERE:
e-mail:
sanktuarium@jezuufamtobie.pl



“Presque tout ce que soeur Faustine m’avait prédit en ce qui concerne cette congrégation s’est accompli avec la plus grande précision. Lorsque le 16 novembre 1944, à Vilnius, je recevais la nuit les voeux privés de six premières candidates, ou bien quand trois ans plus tard je suis arrivé à la première maison de cette congrégation à Mysliborz, j’étais stupéfait par la ressemblance frappante  avec  ce  que m’avait dit feue soeur Faustine (...) J’ai apperçu dans la nef de l’autel une fenêtre avec un vitrail quelque peu endommagé, représentant la mort du Seigneur Jésus sur la croix. Je le regardais attentivement avec une grande joie et stupéfaction, car soeur Faustine m’avait parlé d’une telle église et d’un tel vitrail”
(Abbé Michel Sopocko, Mémoires).

L’église Sainte-Croix de Myslibórz (Pologne) construite en 1905 (l’année de la naissance de sainte Faustine)
par des ouvriers polonais, était la seule église catholique dans la région, située en territoire allemand.

 
 

Vitrail au-dessus du maître autel à l’église de la Sainte-Croix.
Sainte Faustine a parlé de ce vitrail au l’abbé Sopocko.


Maison Mère de la Congrégation des Soeurs de Jésus Miséricordieux à Mysliborz (Pologne)
SANCTUAIRE DE LA MIÉRICORDE DIVINE – maison de récollections.

Les reliques de Sainte Faustine ont été solennellement déposées dans le couvent de Mysliborz
par l’archevêque Marian Przykucki le 1er août 1993. Ce jour - là, l’église et le couvent
ont été érigés, par son décret, au rang de Sanctuaire de la Miséricorde Divine.


La nouvelle Maison de la Congrégation à Myslibórz.
Le bâtiment bien équipé fut donné par Roman Kluska (un homme d’affaires polonais)
pour
devenir la maison de formation religieuse des Soeurs.

Le 14 février 2004, l’archevêque Zygmunt Kaminski a béni maison religieuse
et la chapelle de JÉSUS ROI DE MISÉRICORDE.


“J’ai vu le couvent de cette nouvelle congrégation.
C’est un bâtiment très large et très grand, j’en ai visité chaque partie,
l’une après l’autre, et j’ai vu que partout, la Divine Providence avait pourvu
à tout ce qui était nécessaire" (PJ 1154).


Le 13 mai 2008, la Congrégation des Soeurs de Jésus Miséricordieux fut reconnu comme
Institut Religieux de droit pontifical.

 

 

 

<< Table des matières
www.faustine-message.com

SUIVANT >> Le tableau de Jésus Miséricordieux - Vilnius (Lituanie)


en haut

© La Congrégation des Soeurs de Jésus Miséricordieux